Lilith & ratures - Création 2020

Tragédie clownesque pour une prêtresse et ses marionnettes

Synopsis

Aujourd’hui est un grand jour ! Alléluia ! La célébration arrive ! Elle, la femme qui arrive en retard pour ouvrir la cérémonie à son public de fidèles,est une prêtresse, manipulatrice de marionnettes jusqu’au bout des doigts. Elle nous arrive tout droit de son Antiquité baroque pour nous jouer au rythme d’une messe folklorique, le récit controversé du 6ème jour de la Création.

Les origines

Au départ il y a un mythe, celui du 6ème jour de la Création tel qu’il est raconté dans la version de la Bible juive : l’Alphabet de Ben Sira.

L’histoire raconte qu’au 6ème jour de la Création, Dieu, après avoir tout crée, se retrouve avec une boule de terre avec laquelle il va former le premier homme : Adam et la première femme : Lilith. Au jardin D’Éden, les amours d’Adam et Lilith filent bon train jusqu’à ce que Lilith se lasse de faire l’amour toujours dans la même position : Adam au-dessus et elle en dessous.Alors elle propose des innovations mais Adam prétextant la loi Divine, refuse. Lilith lui rappelle qu’ils sont égaux et issus de la même terre. Et que selon ce droit, elle revendique en toute légitimité de pouvoir faire l’amour au-dessus de lui. Le conflit s’envenime car Adam ne cède pas et Lilith finit par quitter le jardin D’Éden. Dieu rappelle Lilith mais celle-ci refuse et fuit vers les enfers. Dieu la maudit et la condamne à être une démone dangereuse envers les hommes, les femmes et les enfants.

Note d’intention

A ce jour Lilith est une figure oubliée des livres sacrés. Dans la Bible, elle est le serpent qui tente Eve et provoque la chute du couple originel. Elle n’existe pas dans le Coran. Et dans cet extrait de la Bible juive, elle devient la femme sorcière, fatale par excellence. Une coutume juive était de protéger les nouveaux-nés avec un talisman contre l’éventuelle visite de Lilith dont la réputation est de tuer et dévorer les enfants,par jalousie. Elle incarne la haine du couple, elle représente la femme fatale, stérile, la vamp séductrice et dangereuse pour les hommes mariés.
Sa réputation néfaste la bannit des écrits sacrés . On retrouve des équivalences de Lilith dans la civilisation Sumérienne où elle est associée à la Déesse-Mère. Elle est évoquée par l’écrivain Salman Rushdie dans les Versets Sataniques sous le nom d’Al-Lat : le pôle féminin d’Allah.

Étrange fait que de reprendre ce spectacle écrit depuis 2015 après le mouvement mondial des femmes de ces dernières années pour la lutte de leurs droits.
Toujours est-il que mon intention est de puiser dans ce mythe pour assumer ma place au sein du mouvement naturel de libération féminine qui traverse notre monde et qui suit le cours d’une nature qui reprend ses droits.
Lilith pose la question de ce qui est légitime et de ce qui est illégitime.

Ma clown s’ouvre à la femme sauvage, la femme sorcière, la première femme sans lignée : quoi de plus naturel que de se présenter en déesse-mère et d’invoquer le dieu-père dans une messe aux couleurs de Lilith.
Ce sont toutes ces facettes propres à la condition féminine que ma clown se plaît à jouer à l’aide de mes outils de marionnettiste : tour à tour femme pressée,
streap-teaseuse, mère, prêtresse puis déesse-mère bannie des cieux, pour finir jouer à devenir une icône sacrée de plus, mais pas en moins.

Pour quel public
Spectacle pour Tout Public à partir de 12 ans pour une jauge maxi de 300 personnes. Plutôt salle.
En rue : lieu calme et silencieux impératif.
Courant demandé et sono. Diffusion de musiques de J-S Bach.
Lieu de repli impératif en cas d’intempérie.
Temps de montage à prévoir minimum de 1 Heure. Idem démontage.

Résidence création à Auchel (62)
Résidence chez Zo Prod* Poitiers
Résidence création à Auchel (62)
Résidence à Auchel * Genèse